c'est un sujet (philosophique ?) qui me vient régulièrement depuis un petit bout de temps concernant ma passion (ex ?) pour le vin...

en effet il suffit de parcourir le net (et les cavistes in-situ) pour constater une flambée sans cesse montante des prix des bouteilles et j'avoue que ça a fortement contribué à prendre une décision radicale : vendre ma cave.

j'ai devant le nez un demi-flacon de domaine Gouges 2002 nuits-saint-georges "clos des porrets saint-georges" qui prend tranquillement quelques degrés pour pouvoir être apprécié le mieux possible... payé 30 euros (soit 60 euros la 75 cl) ce qui est certes cher mais pas forcément déconnant pour un flacon de presque 16 ans donc théoriquement à son apogée...

le problème est que les prix n'augmentent pas pas du tout ni un peu ni passionnément, mais plutot beaucoup voire à la folie comme un effeuillage de marguerite qu'on faisait quand on était petits.

Je me fous de savoir de qui a commencé, tout le monde est responsable : le producteur bien sûr, ceux qui restent sages vivent quand même, et ceux qui vendent cher et très cher vivent par conséquent encore mieux, l'intermédiaire qui fait des marges brutes bien souvent de l'ordre du prix d'origine (donc les prix ne sont loin de doubler chez certains mais même chez ceux qui restent corrects, le pourcentage appliqué fait très vite grossir le prix : un exemple, j'ai acheté mes premiers morey villages de chez dujac une trentaine d'euros prix caviste, chez le même caviste il faut compter (début d'année dernière) 58 à 62 euros..., mais le consommateur est tout autant responsable car la plupart continuent d'acheter, la peur de quoi ? de manquer ? on n'en est pas à se taper dessus à coup de pots de nutella, mais ça viendra peut-être (ceci dit j'ai déja vu des foires aux vins des gens s'engueuler pour les caisses de vins pas spécialement données)

bref nous sommes pas mal tout de même à se demander ou tout cela ira, et surtout quand cette course à l'échalotte s'arrêtera, ne comptez pas sur une intervention de l'état, il touche la TVA en proportion donc aurait plutot intérêt à ce que ça se vende encore plus haut...

l'accueil sur place n'est souvent pas en cause (en bourgogne hein) il est souvent charmant et convivial, mais au vu des tarifs, finit par en devenir indigeste.. je rappele tout de même que les salaires en moyenne sont revalorisés de moins de 1% par an et encore quand c'est le cas, alors accepter que du vin (produit d'aucune nécessité je le rappelle) augmente de 15% voire plus, y'a un moment ou l'amateur lambda et passionné se pose la question de continuer ou pas...

certains diront si tu es frustré, tu n'as qu'à aller voir ailleurs, certains trouveront même certains vins aussi bons que des vins du DRC ou chez Rousseau pour prendre les extrêmes bien souvent c'est une utopie fallacieuse, mais bon quand on voit des meursault villages à 40/50 euros alors qu'ils se font réellement éclater en comparaison par des pouilly-fuissé ou saint-véran 3 fois moins cher, on se dit qu'il y a un problème quelque part.

Tous les ans il y a un prétexte pour augmenter ou au moins ne pas baisser les prix (sacrilège j'imagine...) quand le millésime est pourri on ne baise pas pour ne pas perdre de CA, les petites années quantitativement on augmente pour palier au manque, et l'année d'après, grande année et grande quantité (ou normale) on ne baisse pas... on vous parle de qualité moindre ? bien sûr pas...

le fait que j'aie été opéré et que je ne puisse plus boire plus d'un demi-verre (ou un verre les grands jours !) m'a fait aller plus loin et j'ai finalement décidé de vendre absolument toutes mes bouteilles en cave, ce qui fait qu'il me reste 9 bouteilles en cave (les 9 mêmes d'ailleurs) plus quelques bouteilles de "tout-venant" (une dizaine) pour palier quand on reçoit du monde...

Il est très probable que ma passion disparaisse à force d'oubli, c'est dommage, mais la faute à qui ? je n'ai pas envie d'immobiliser toujours plus d'argent pour rien... ou presque !

certains diront que le monde du vin est florissant, je dirais plutot que c'est un malade qui s'ignore, un peu comme quelqu'un qui ne veut pas entendre et dont on dit qu'il est sourd... certains souffrent, d'autres vivent dans le luxe, les écarts se creusent, mais au final lequel des 2 est le plus méritant ?

vous l'aurez compris, j'ai laché prise, plus de cave comportant 1300 bouteilles de grands crus comme ça a été le cas, maintenant ce sera du tout-venant, de quoi palier à la soif des convives et pas plus, d'ailleurs ma cave électrique comporte 40 places dont 22 à même les casiers et y'en aura pas plus...

à bon entendeur...

"il suffit de ne pas acheter pour que ça se vende pas" coluche 1985...