en ce samedi de grâce 18 juillet, j'avais invité mes amis jean-françois et christian à diner à la maison
pour la circonstance j'ai proposé de faire une dégustation à l'aveugle en essayant de faire en sorte que même si les accords mets-vin ne sont pas parfaits, loin de là, au moins qu'ils ne détruisent pas les vins ou les mets
sur 15 vins servis, 2 m'ont franchement déçu
pour une, problème de bouteille, pour l'autre j'espère que c'est ça aussi, ou alors ça voudrait que le vin s'est complètement effondré en 3 ans...
le premier vin servi non à l'aveugle, juste histoire de nous aviner le palais, m'est encore apparu plus moyen que les 2 dernières fois et un autre est complètement en train de s'éteindre, étonnant pour un 2004 !
sinon de grosses surprises, quelques consécrations pour moi, bref, bien content de la soirée, entre amis, uniquement pour le plaisir
c'est ce que je vais vous conter
il était une fois, une jolie princesse, de feu mon épouse, qui eût envie de faire un repas de circonstances pour les fines gueules que nous sommes, bref pour de vieux saoûlards comme nous
il était une fois un prince, bien gentil de son état, mais qui mériterait de prendre un sacré paquet de coups de pieds au cul car cet imbécile a oublié de prendre les plats en photo, ça c'est moi vous l'aurez deviné
il était une fois sophie et jean-françois, amoureux fous l'un de l'autre de leur état, décidés à venir passer une "sacrée soirée" qui s'imaginaient bien que ma personne n'allait sûrement pas s'arrêter à servir 2/3 boutanches seulement, pas le genre de la maison
jf
il était une fois christian, impressionnant de son état, mais dont le physique imposant l'est bien moins que sa gentillesse et son bon gout de la vie et surtout des bonnes choses, est arrivé après avoir fait quelque menues visites des petites rouettes de campagne, dignes du pire labyrinthe de nos cauchemars, est arrivé, le sourire aux lèvres et avec sa bonne humeur qui est en train de devenir légendaire
cricri

bref, le décor était planté
les vins ont tous été ouverts vers midi pour un service vers 19h30/20h30 le soir, les rouges maintenus vers 16/18 degrés grâce à une glacière électrique, non pas que les températures soient si caniculaires que celà en notre belle et vieille campagne du pays de caux, mais parce que 23/25 degrés c'est quand même de trop pour de si nobles boissons

pour nous aviner aviner les verres, je sers le premier vin

le nez évoque le litchi, d'une belle netteté, très simple, très fruits exotiques, sans défaut notable
la bouche c'est le hic... facile et ronde, manque latent d'une quelconque complexité même naissante, équilibre moyen, fruit absent, pas de plaisir, pas de matière, pas d'ampleur, très peu de longueur, reste des sucres résiduels en finale alors que vendu pour un sec, bref très BOF
c'est un domaine Ostertag-Hurlimann 2006 gewurztraminer fronholz... dont j'apprécie le liquoreux mais pas ce vin là...
ostertag_hurlimann_06

premier vin servi à l'aveugle :
le nez est puissant, minéral et tendu, avec des notes de citron et de pamplemousse
en bouche l'acidité est un peu trop marquée (christian bôôôôôôôôôcoup !), les notes minrales et salines sont bien présentes, la matière est assez jolie, la longueur moyenne, l'impression d'un vin à boire vite et frais car au réchauffement c'est pas mieux, plutot pire bien quand même pour ce
domaine de l'écu "expression d'orthogneiss" 2007 muscadet sèvres et maine pour le prix (7,50 euros) on a vu bien pire bien mieux que le 2005 bu très récemment chez mon ami vincent et qui était d'une platitude déprimante
ecu_07_orthogneiss

on continue avec un vin dont le nez est fortement marqué par des notes de fruits blancs et de fleurs blanches, de poire, de minéral, mais somme toute discret
la bouche est saline, mais aussi marquée par une acidité trop importante qui me déçoit, connaissant le 2005 du domaine, bien meilleur pour tout dire, gros manque en milieu de bouche avec sensation presque terreuse
un vin certes assez fin, mais trop léger, dont la finale tombe trop vite et dont l'alcool a tendance à brûler
assez bien sans plus pour ce domaine michel 2007 viré-clessé...
michel_bou
michel_07

de mauvaiseté, j'ouvre une demi-bouteille de sa grande soeur de 2005 tellement je suis déçu, me demandant si je n'avais pas rêvé
le nez est marqué par des notes minérales, des fruits bien mûrs, la bouche est magnifique et allie ampleur et longueur, une matière bien présente, un vin qui marquera l'assemblée en faisant l'unanimité et qui me fait dire d'arrêter mes achats de 2007, très bien+, comme le jour et la nuit...
michel_05

le suivant présente un nez rigolo de fraise, de fleurs blanches, très minéral et tendu comme il le faut sur des notes de pierre à fusil et de bourgeon de cassis
la bouche est fortement marquée par le minéral, saline, qui allie une puissance pas encore maitrisée, une très belle pureté, un petiot côté végétal pas dérangeant pour 2 sous qui me fait dire que ce vin n'est qu'au début de sa vie, très belle longueur saline et qui termine en queue de paon très bien ! fallait au moins ça pour passer après un ovni !
domaine pascal et nicolas reverdy "terre de maimbray" 2007 sancerre blanc !
reverdy_bou
reverdy_07

on passe aux rourouges !

le nez est sur les fruits noirs compotés et à l'alcool, puissant et chocolaté , légèrement animal (foxé)
la bouche est soyeuse, d'une belle fraicheur, très bien équilibrée et agréable, très buvable, mais d'une longueur limitée bien+ pour ce coup de poker car je n'avais jamais gouté ce vin
c'est un domaine plageoles "le duras" 2005 gaillac pour une huitaine d'euros !
plageoles_bou
plageoles_05_duras

le suivant présente un nez très animal et chocolaté, avec des notes de fruits à noyaux à l'alcool
la bouche est un peu sèche et présente une certaine finesse, ceci dit le milieu de bouche est creux et la finale fuyante, le vin n'en est pas moins agréable à table et pour moins de 4 euros, on est loin d'être volé !
domaine des cassagnoles "tannat" 2003 vin de pays des côtes de gascogne ! vin qui m'avait été offret par jean-françois il y a quelques années, il ne s'en rappelait pas ! bien
cassagnoles_bou
cassagnoles_03

le suivant présente un léger côté végétal que je n'avais jamais ressenti jusqu'alors, l'ayant déja bu pas moins de 4 fois en 2 ans, une belle fraicheur, des notes de fruits rouges et plus surprenantes d'encalyptus
la bnouche est assez maigre, nerveuse, et portée par une acidité élevée, matière fluette et qui semble fatiguée, finale tombante hyper-courte, moyen sans plus...
déception pour ce flacon du domaine des chênes "le mascarou" 2004 côtes du roussillon-villages tautavel qui ne s'est jamais gouté aussi mal... mauvais flacon ou vin déclinant ?
chenes_bou
ch_nes_04

le suivant ne relèvera pas le niveau
le nez très animal avec des notes de fruits noirs et de bonbon acidulé (???)
la bouche est maigre et agressive, sans aucun charme, sans fruit (brett ?) pas de matière, pas de finale, bref on a conclu à un échantillon défectueux pour ce chateau de chantegrive 2000 graves rouge qui n'a rien à voir avec la dernière bue il y a 3 ans... ça m'étonnerait qu'il soit tombé aussi vite... tant pis !
chantegrive_bou
chantegrive_00

on continue avec ce vin qui fleure bon le cuir et la fourrure , complexe, avec des notes de fruits noirs à l'alcool, de vanille, d'épices douces, un nez très puissant : ça envoie dur !
la bouche présente un tanin encore un peu grossier presque granuleux, le milieu de bouche est un peu dur et étriqué et- la finale loin d'être mémorable assez bien
on est en italie avec ce fattoria di basciano 2005 chianti rufina qui est peut-être un peu jeune, les spécialistes le diront mieux que moi
chianti_bou
chianti_05

on continue car le niveau a franchement baissé
le nez est sur les fruits rouges et noirs compotés, la réglisse, très pur
la bouche présente un équilibre superbe, les tanins sont très gourmands, légèrement pâtinés mais encore un peu serrés, un vin que je trouve magnifique, tellement qu'il garnit ma cave depuis car j'ai foncé en racheter ce matin (16 euros), très belle finesse, texture d'une onctuosité rare, très grande longueur, diantre ! très bien+/excellent à gros potentiel (à mon sens)
Marquès de vitoria "reserva" 1998 rioja !
je n'avais pas de préjugé sur les vins espagnols que j'ai très peu eu l'occasion de déguster, on peut dire que l'essai est plus que concluant !
rioja_bou
rioja_98

rien qu'à sa couleur le vin suivant change de région et bascule probablement dans le bordelais !
le nez prsente des notes animales, avec un fruit noir très concentré, bâton de réglisse, de caramel, d'épices douces et d'une très belle fraicheur, ainsi que des notes de pain grillé/toasté, un élevage classe typique rive gauche bordelais !
la bouche waouh ! elle allie grande fraicheur aromatique et un équilibre somptueux, ce vin laisse sans voix, ample, très long, difficile de trouver les mots, la texture est fondue, la finale magnifique, il sera le vin de la soirée excellent à excellent+
chateau belle-vue 2001 haut-medoc... qu'est-ce que j'adore ce domaine !  m'en mettrez 2 douzaines ! rapport qualité prix somptueux !
belle_vue_01
belle_vue_bou

on continue avec un vin présentant une robe qui tire plus vers le rubis foncé/grenat légèrement rosé sur le bord
le nez présente des fruits rouges et noirs en pagaille, de la vanille (élevage) beaucoup d'épices, légèrement (subtilement devrais-je dire) réglissé, bref un nez complètement ouvert
en bouche l'équiolibre est très beau, et les tanins sont très fins et gourmands sans aucune note agressive à quelque moment que ce soit, beaucoup de matière, d'un raffinement qui rivalise presque avec celui du vin précédent, belle puissance, finale très loooongue sur des notes de mûre, de minéral et aussi une petite astringence un peu dérangeante pour tout dire, qui mérite de se fondre et qui nous a un peu gâché ce vion à mon sens que personnellement je n'avais jamais si bien gouté, mis à part ce défaut qui n'est, à mon sens, pas rédhibitoire bien+/très bien avec du potentiel de garde impressionnant (plus de 10 ans)
chateau cornélie 2005 haut-medoc... comment passer une soirée entre amis et ne pas en gouter, la prochaine fois ce sera un autre millésime...
corn_lie_bou
corn_lie_05

le vin suivant présente un élevage classieux encore présent à ce stade, au nez tout du moins. cèdre, notes de fumé, épices douces, vanille, réglisse, fruits noirs, et rouges, bonne fraicheur qui nous fait pressentir un équilibre avec une acidité assez basse, léger grillé, prune, cerise noire à l'alcool
en bouche l'équilibre est parfait et l'acidité assez basse, l'harmonie se fait parfaitement entre le fruit et l'élevage, beaucoup de matière, belle concentration d'arômes, un vin à parfaite maturité, très complexe, grande longueur, j'adoooooooore ! très bien+/excellent !
chateau sénéjac 2001 haut-medoc... merci à patrick d'avoir fait ce vin et de me l'avoir fait découvrir. à noter que j'ai payé cette bouteille 8 euros aux enchères, ça fait réfléchir quant au rapport qualité/prix de certains chateaux...
s_n_jac_bou
s_n_jac_01

le vin suivant présente une robe noire, pas du tout évoluée alors que la dernière bue commençait à gentiment s'oranger sur le bord
le nez présente clairement un problème : certes quelques notes de cassis, de tabac et de cèdre typiques de pauillac, mais aussi une note d'éther qui me fait grimacer fortement et même me prendre la tête dans les mains
la bouche serrée, hyper-jeune, très tannique, très très astringente, très acide, la finale est tombante et très sèche (pas du type planche, plutot du genre extraction exagérée, rien du tout avec la merveille que j'ai pu boire très récemment bien sans plus et à mon sens très loin de son niveau
chateau pontet-canet 2001 pauillac 5eme cru classé, grooooooosse déception sur ce flacon ! très largement dominé par des flacons plusieurs fois moins chers que lui... dire que je voulais mettre sociando-mallet 2001...
PC_bou
PC_01

je n'avais prévu qu'un seul liquoreux, je ne voulais pas me planter
je l'ai gouté au sortir de la boutanche, ouaih, certes un peu réduit, mais avec des arômes me rappelant un certain filhot 1983 qui avait mis pas moins de 48 heures à s'ouvrir après
alors je me dis : CARAFAGE ! et zou 12 heures au frigo !
viens alors minuit, l'heure des sorcières qui changera le vilain petit canard en somptueuse princesse (euh... c'est pô ça je crois, peu importe !)
le nez est d'une complexité folle avec des notes de coing, d'abricot, de miel, de caramel, d'orange confite, très puissant... un ange passe
la bouche... mon dieu ! une merveille d'équilibre, qui allie fraicheur aromatique, un sucre pas totalement intégré et qui avec une petite amertume noble donne un peps sensationnel, la bouche est riche tout en étant aérienne
ce vin se suffit à lui-même, je précise : "cherchez pas dans les tout-grands"... personne n'a cherché à vrai dire... le plaisir de l'instant présent, la bouteille qui semble se vider toute seule
seule la longueur n'est "que" très belle avec un retour sur l'amertume noble (écorce d'orange) et une acidité bienvenue qui fait perdurer un moment magnifique
j'ai beaucoup de difficulté à décrire fidèlement ce vin tellement il m'a mis une claque, un monstre de finesse et d'élégance, j'ai trouvé ce vin grand, un grand vin dans un grand moment
c'est un chateau de Rayne-Vigneau 1976 sauternes 1er cru classé
rayne_vigneau_bou
rayne_vigneau_couleur
rayne_vigneau_76

rien besoin de plus, la nuit sera calme et paisible
que c'est reposant de passer de telles soirées, ou la qualité des vins compte certes, mais surtout ou le mot convivialité s'écrit avec un énoooooooooorme "C" et ou le mot amitié s'écrit avec un "A" tellement grand, que toutes les feuilles du monde ne seront jamais assez grandes pour le contenir
merci à vous mes amis, vous serez toujours les bienvenus sous mon modeste toit !