un verre à la main

04 juillet 2020

SAS Anne et JF Ganevat 2017 vin de france "j'en veux encore"

là y'a même pas match, ça se boit tout seul, c'est même fait pour ça ;)

alors évidemment les puristes diront que le premier pif sur le vieux cidre, ça fait pas sérieux, pourtant je trouve ça sérieux, ensuite les petites notes de vernis marin et de groseille c'est 'dérangeant" mais je ne trouve pas, mais alors pas du tout, et que dire de cette couleur dangereusement transparente et légère ? voire un peu trouble au départ ? sacrilège, diantre, bachi-bouzouk, piano à queue, moi je dis si à 50 ans et que t'as pas ta rolex t'as raté ta vie (c'est intolérable certes) que si tu bois du vin sans apprécier celui-ci c'est que tu es un rebelle des bacs à sable !

autant je trouve le nez frais et dont on pourra discuter pendant des heures sur le côté clairement nature et assumé, autant la bouche totalement déglinguée pour les étroits d'esprit et superbement intéressante par ailleurs tellement elle est à la fois variante, complexe, buvable, gourmande, subtilement "équilibrée" entre l'amerture d'une belle bière, la sapidité d'un bon cidre et le côté raisineux et complexe d'un joli vin... je trouve ça insultant pour l'intellect, si on repose le verre sans autre forme de procès et sans se poser de question !

l'attaque en bouche se fait sur une amertume "cidrée", des arômes de pêche sont là ensuite en rétro-olfaction, mais en milieu de bouche la matière est assez ample, d'une gourmandise infinie (l'impression de croquer dans le raisin est réelle) et signe parlant : le verre se vide tout seul, rien qu'en discutant, autant à table, qu'en se "finissant" en refaisant le monde entre potes !

la finale est belle soutenue par cette amertume que certains trouveront dérangeante, et d'autres géniale

je vais donner mon avis, sans aucune objectivité, j'adore ce vin pour ces défauts et ses qualités, car je trouve que l'équilibre engendré entre les 2 est tout bonnement ce qui me plait, sans chichi et qui fait passer un très bon moment, une bouteille qu'on met sur la table pour la boire quoi...

très bien pour moi, pour d'autres beurk, pour d'autres grandissime... du ganevat quoi...

gan 17 j'en veux encore

Posté par FGsuperfred à 15:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


domaine André Bonhomme 2017 mâcon-villages "vieilles vignes"

j'ai acheté ce vin pensant avoir "investi" dans le viré-clessé VV, et je dois dire que la différence n'est pas flagrante, du moins dans ma mémoire..

le premier nez marqué d'une jolie vanille (plûtot gousse fraiche) les fruits et fleurs jaunes, avec une sensation iodée intéressante.

comme un vin se boit aux dernières nouvelles par la bouche, j'ai préféré axer mes sensations sur celle-ci, bien m'en a pris...

l'attaque se fait assez franche et moyennement précise, un peu brouillonne, jusqu'au moment ou une acidité parfaite et une amertume noble de type peau de pêche viennent ranger ce tiroir un peu bordélique, ensuite le vin se range derrière une acidité sous-jascente, de très beaux amers, une sensation ceci dit encore présente de vanille (pas envahissante) puis la bouche prend clairement de l'ampleur et de la hauteur, elle devient somptueuse à mesure de l'aération, pour devenir très aérienne et sapide, diablement buvable, doucement réhaussée de sensations caillouteuses, qui réhaussent délicieusement la matière pour la rendre encore plus intéressante

la finale est  belle, voire très soutenue par de jolis amers qui font se resservir encore et encore, attention ce vin peut rendre accroc et faire chauffer la carte bleue malgré son cout relativement modique (dans les 17 euros caviste si je ne m'abuse)

très très jolie bouteille, qui appelle le viré dans quelque temps ;)

très bien+

bonhomme 17

Posté par FGsuperfred à 15:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

02 juillet 2020

domaine Pierre Ménard 2017 IGP val de loire sauvignon blanc "laïka"

premier nez surprenant sur le lilas, la mirabelle, mais aussi la poire, très floral et fruits blancs, sensation de pureté et de fraicheur indéniables...

la bouche présente une attaque soutenue par une fine acidité structurante, qui soutient ensuite de jolis amers très nobles, donnant donc à ce vin structure, peps et finesse

le milieu de bouche possède une matière, très ample et sphérique, soutenue et heureusement par des amers superbes de type peau de pêche, presque tannique, sans quoi la matière (certes superbe, pourrait tendre à rendre le vin fatigant, ce qui n'est pas du tout le cas !

on est clairement sur un vin de gastronomie qu'il faudra savoir marier, ce que je ne sais pas faire, mais j'imagine qu'un plat de fruits de mer cuisinés serait sympa

on sent un vin mûr, dense et concentré, mais ne manquant ni de finesse (donnée par les amers) ayant du coffre, auquel l'acidité donne un sacré coup de pied au cul le faisant, à mon sens, monter d'un cran par rapport à ce qu'il serait sans, mais que cette longueur est impressionnante, portée par des amers qui ne finissent que par me faire saliver et retendre le bras goulument pour remplir le verre...

en résumé, c'est gourmand, assez complexe, fin, tendu mais large, ultra-maitrisé, on sent un vin dont le style plaira mais qu'il faudra savoir attendre dans le verre pour en capter toutes les saveurs, tous les recoins car il fait réfléchir : dois je finir le flacon ? bah quoi je réfléchis !

grosse longueur, vraiment, très très beau !

excellent-

pierre ménard 17

Posté par FGsuperfred à 17:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 juin 2020

Domaine La Pousse d'Or 2015 chambolle-musigny

y'avait belle lurette que je n'avais plus ouvert un joli bourgogne de belle origine en rouge, les tarifs étant devenus bien souvent complètement inaccessible au commun des mortels, fussent ils passionnés, mais pas fous...

donc quand cette demi-bouteille m'a été proposée, j'ai craqué, le millésime me plait, le domaine me plait, le village aussi... ça aide, bouchon en parfait état, allez zou c'est parti !

premier nez très fin et délicat sur un panier de fruits rouges, la frise des bois domine, une magnifique noté framboisée lui donne de l'ampleur, puis ensuite sur la rose fraiche, vient ensuite une petite note de poivre blanc et d'écorce d'orange, j'adore !

la bouche est une toute autre histoire, que je vais essayer de vous décrire le plus fidèlement possible... 

l'ataque se fait sur une acidité qui amène une structure corsée, puis ensuite vient aussitot des amers (tanins) qui confirment le retour sur l'écorce d'orange du nez, de beaux amers mais pas encore suffisamment polis.

le milieu de bouche dévoile un vin assez ample, mais aussi très terreux qui me rappelle qu'il existe 2 types de vins différents sur cette commune, et celui-ci ressemble plus à ceux dont les terroirs sont du côté du morey-saint-denis, donc plus terrien, mais pas du tout inintéressant, même si je préfère les vins aériens

la seconde gorgée (second vere en fait) confirme le style de vin, avec toutefois une finale certes corsée, mais sur des jolis retours d'amers de type écorce d'orange qui tend et prolonge cette même finale, rendant étrangement le vin salivant et plaisant dans son style

j'avoue que j'attendais plus "d'explosivité" sur un millésime comme 2015, mais si c'est confirmé que l'assemblage fait plus la part belle aux terroirs de morey, alors je me suis trompé lors de mon achat, ce qui n'est pas grave car le plaisir est tout de même là

et là je pense à ceux qui mettent 50 euros dans un village et qui trouvent ça dans le verre, c'est très bon, certes, mais à 50 euros je passe mon tour sans me retourner, car la branlette intellectuelle, c'est pas trop mon truc

très bien

 

pousse d'or 2015 chambolle

Posté par FGsuperfred à 18:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 juin 2020

Domaine de Bellevue 2018 muscadet sèvres et maine

j'ai voulu gouter, veni, vidi, vici !

bon pour être honnête, j'ai acheté des "de toute beauté" de ganevat, et y'en avait que 2, donc pour combler ce que je pensais être un trou dans le carton (en fait j'ai reçu un carton de 9 pour 3 flacons, si j'avais su...) et ayant entendu parler de ce domaine en bien, je me suis dit que le prix (élevé dans l'absolu pour un muscadet de "base" mais pas démesuré non plus) m'a fait l'essayer, au pire, déçu, j'y r'viendrais pas... raté !

le premier nez sur un côté salin/iodé, les fruits blncs et jaunes, n'en finit pas de m'appeler l'orifice nasal de plus en plus loin vers le fond du verre, l'impression que je vais chopper plus d'arômes, ce nez est pur et le vin n'a que 2 anns, gourmand et impatient va !

la bouche est... une splendeur ! l'attaque sous-tendue par une acidité parfaitement maitrisée et des amers de type agrumes qui ne le sont pas moins, un côté diablement salivant et faisant retendre le verre car celui-ci se vide à la vitesse de l'éclair, mais en plus quand on sent une matière à la fois ample, gourmande avec une sensation de toucher de type peau de pêche, alors là que dire... mon coeur chavire, je me ressers encore et encore (chuis chez moi donc à part si y'a les bleus au tournant de mon plumard, je devrais m'en sortir) et plus le vin s'aère, meilleur je le trouve

partagé entre l'acidité incroyablement maitrisée (millésime ?), une maturité que je trouve parfaite à mon gout, une longueur tout à fait belle soutenue par les écorces d'agrumes, mais ce toucher de bouche est tellement rare dans ce coin...

très bien+

bellevue

bellevue contre

Posté par FGsuperfred à 19:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


25 juin 2020

domaine Vincent Stoeffler 2014 riesling

trouvé en demi chez "mon" caviste à un prix qui me convient, je chaparde, contre paiement hein, les 3 dernières sur l'étagère, les imaginant bien dans mon frigo, bien m'en a pris...

nez sur les fruits jaunes et blancs (poire et je pense mirabelle) je m'arrête là car mon super-PIF ne reconnait pas plus (enfin mon cerveau mais vu qu'y en a pas, je mets ça sur le tarin, faut bien un fautif !

la bouche par contre présente une attaque sur une acidité un peu/franchement marquée (pas trop pour moi mais faudrait pas plus), mais il serait inopportunt et injuste de s'arrêter à cette première impression...

car le vin prend de la place en bouche, beaucoup, il caresse les papilles de ses impressions amères (superbes celles-ci) et acides un peu trop prégnantes, ceci dit le vin est sec, très bon point pour un gars comme comme moi qui ai horreur des sucres résiduels sur les secs (encore que sur un malentendu...)

au réchauffement le vin s'équilibre franchement, l'acidité devient une petite pointe, et surtout je suis impressionné par cette finale.. citronnée et diablement longue ! le vin n'en finit plus de faire saliver, l'érchétype-même de vin à ne pas servir au sortir du frigo, surtout par ces grosses chaleurs (34,3 degrés à l'ombre cet après-midi en normandie !)

il prend alors un ressenti salivant, on se ressert plus que de raison (j'aime pas déguster avec modération, il a toujours quelque chose à redire !) et le demi-flacon est bien trop petit, énormément trop petit même, le chien a du terminer la bouteille... ah oui c'est vrai, j'ai pas d'chien !

bref une attaque un peu acide, un milieu de bouche détonnant appelant les fruits de mer à mon sens, et une finale impressionnante, pour une bouteille qui me rappelle que j'aime les beaux rieslings secs

très bien-

stoeffler 14 tradition

Posté par FGsuperfred à 20:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22 juin 2020

chateau de Granchamp 2015 montagne-saint-émilion

ouvert en demi-bouteille

nez assez ouvert sur la framboise écrasée, le poivre noir++, de jolies notes florales (pivoine), pas très profond, mais fort agréable.

l'attaque en bouche se fait sur un moelleux certain, un début de bouche assez large, mais qui sait se resserrer en milieu de bouche avec des tanins qui appuient sur l'accélérateur pour dire "coucou c'est nous !" mais on sent tout de même un moelleux certain, car au-delà du premier aspect légèrement amer, étrangement la suite de la bouche s'adoucit pour finir par devenir diablement torchable et surtout salivant.

le vin n'est jamais lourd alors qu'il est plus large que long, plus sphérique que traçant (millésime...) mais bien riche et superbement agréable à boire, le genre de vins que j'aurai plaisir à servir à de très bons amis connaisseurs, même ouvert au pied de biche, il se livre facilement, mais pas trop... du plaisir en tout cas !

la fin de bouche se présente comme soutenu par de jolis amers nobles qui soulignent et sous-tendent la finale, sans avoir ressenti la moindre acidité et pourtant il y en a : le vin est fondu et à point à mon sens, un très joli flacon !

très bien !

grandchamp 15

Posté par FGsuperfred à 18:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 juin 2020

SAS Anne et JF GANEVAT vin de france "de toute beauté" lot 1806

acheté sur IDW dans les 22/25 euros de mémoire

qu'on m'arrête si je me trompaille, mais je crois que le lot signifie l'année de grâce 2018...

je retourne la bouteille et vla ti pas, que j'me r'trouve nez à nez avec un magnifique postérieur, là je comprend mieux le nom de la cuvée, en effet le pti dessin est parlant, n'en déplaise aux coincés du derch qui y trouveront toujours à redire, je prends ça comme "parle à mon cul, ma tête est malade" 'cause que c'est un "vin de france"

avant d'avoir acheté ce vin, faut dire que j'ai revisionné "de toute beauté" fait par lotelduvin lors de visites répétées chez "fanfan" comme l'appellent ceux qui le connaissent ou pour qui ça fait bien de dire ça, comme on dit pour se mousser, perso je ne le connais pas, mais j'aimerais bien ceci dit...

bon on passe sur cette put... de cire rouge qui dégringole dans le verre quand tu essaies de tirer le chonbou sans la casser, d'autres sont bien plus doués que moi pour ce faire, de toute évidence...

bon pis j'mets le nez dessus, miam ! quelles belles senteurs de sueur, de cidre, de pommes blettes, faut dire que la bête sort du frigo et que je connais un peu les vins du domaine, le lui fous la paix une paire de minutes...

quelques secondes après (bah oui chuis impatient) je recolle mon orifice nasal dedans (le plus près possible du vin, comme si ça changeait quelque chose...) et là ça cause déjà meilleur : une petite pointe de vernis, qui se transforme très rapidement en grenadine, puis en fraise, groseille et rose, c'est d'ja mieux !  ça pinote ou ne m'abuse je ? des notes florales qui lui donnent une finesse qui me parle directement au nez...

la bouche... une attaque france et loyale car elle n'aggresse avec rien : l'acidité est parfaitement maitrisée, les amers sont hyper-nobles, sans aucune anicroche, rendant le vin d'une gourmandise absolue, d'ailleurs à peine ai-je noté le début du milieu de bouche que mon verre est déjà en mode "vidange"

le milieu de bouche est super-agréable, ultra-buvable, mais aussi prend pas mal de place, en tapissant le palais de ses douces flaveurs, la rétro-olfaction n'en finissant plus de dire "reviens zy t'en rêves" certes... mais impossible de conduire derrière, car l'égout central de chez bibi, il refuse de mettre dans le crachoir (non sorti car je ne sais pas pourquoi, l'est encore prévoyant le gars et il chasse à domicile pour le coup)

en bouche c'est un festival de précision, sans grande complexité non plus hein, mais ça envoie tout de même gentiment, je pense sincèrement qu'il y a du pinot là-d'dans, voire que ça, plus le réchauffement se fait et plus je me vois en burgondie, sur un joli volnay par exemple (j'exagère un peu) mais qu'est-ce que ça se boit bien !

la finale est jolie, sans être exceptionnelle, réhaussée par de doux amers, sans acidité ressentie, pour un drôle de vin, super-bon qu'il sera difficile de ne pas aimer (à part pour les afficionados de boisé) tellement il est pur et sincère, sans chichi, bref un joli vin, de toute beauté

très bien+

ganevat 18

Posté par FGsuperfred à 18:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 juin 2020

domaine Jean Teiller 2006 menetou-salon

ouvert en demi-bouteille pour gouter et "guider" d'éventuels futurs achats

ouvert au déboté et gouté au sortir du frigo, donc le nez est un peu en retrait, ça tombe bien je n'aime pas boire par le nez même si quelques notes caillouteuses et de fruits blancs semblent sortir

la bouche est tout simplement superbe, sans exagérer ! l'attaque est assez vive, soutenue par une acidité et une jolie amertume mûre, donnant une persistance, une ampleur assez incroyables, ou plutot auxquelles je ne m'attendais pas..

le vin trace en attaque, puis semble devenir sphérique ensuite, emplissant gentiment le bouche, avec un côté salivant, très "sur" le fruit, de la finesse, l'amertume et l'acidité soulignant le vin et l'étirant sur la longueur, qui sans être exceptionnelle, est quand même belle, manque de la complexité même si j'avoue l'avoir achetée sans conviction vu le format et le millésime

une bien belle surprise donnant un max de plaisir et c'est pile-poil ce que je recherche : des vins pas chers et très bons, l'exceptionnel je le laisse à celles et ceux qui en ont les moyens et l'envie...

bien+/très bien-

menetou 16

Posté par FGsuperfred à 18:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 juin 2020

domaine etienne Pochon 2012 crozes-hermitage rouge

bu en demi-bouteille, achetée récemment chez un caviste fécampois...

premier nez assez puissant sur les fruits noirs, l'olive noire, le poivre noir ainsi que du réglisse...

la première partie de bouche est assez retenue, sans rien de particulier, un peu plat même, mais c'est au milieu de bouche que le vin prend toute son envergure : les tanins très fins, prennent pourtant une grosse place en bouche, avec un arroère gout poivré mais pas sec, grosse ampleur donc, mais aussi finissant étonnemment fin et gourmand avec de très beaux amers nobles, rapelant des belles syrah de bien plus belle facture

la fin de bouche est très belle, belle longueur, avec un retour légèrement réglissé, mais avec un gout de reviens zy qui satisfera tout amateur de beaux vins, sans en attendre ce qu'il ne pourra donner

joli rapport qualité-prix

très bien-

 

pochon 12

Posté par FGsuperfred à 19:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,